Nouvelles

Entrevues, Critiques et plus

Alain Brunet

PANM 360

Photo : Frédérick Robitaille

Valérie Milot et Stéphane Tétreault :
« Transfiguration » sur scène

Transfiguration met en scène la harpiste Valérie Milot et le violoncelliste Stéphane Tétreault dans un environnement numérique et cinématographique aux vertus envoûtantes, enveloppantes et immersives. Après la sortie d’un album portant le même titre chez Atma Classique, une « expérience totale » est ainsi suggérée les 25 et 26 mai, 21 h, à la Salle Bourgie. À travers une mise en scène où la musique se retrouve transformée au moyen de projections visuelles, la relation entre les deux protagonistes évolue au cours de ce programme, jusqu’à la « transfiguration finale ».

PAN M 360 : Racontez-nous votre rencontre artistique, ce qui a déclenché cette rencontre.

VALÉRIE MILOT: Nous nous connaissions de loin, mais c’est lors d’un lancement d’une maison de disques que nous avons été présentés et que l’on nous a proposé d’offrir une courte performance ensemble (Le cygne de St-Saëns). 

PAN M 360 : Quelle est la progression de cette collaboration?

STÉPHANE TÉTREAULT : Nous sommes devenus amis très rapidement. Nous avons tous deux des parcours et des carrières similaires, ce qui fait que l’on est un ami et un confident précieux pour l’autre.

PAN M 360 : Avez-vous déjà interprété des œuvres pour harpe et violoncelle en duo?

VALÉRIE MILOT : Oui, dès le début de notre collaboration, donc depuis onze ans déjà. Nous avons déjà offert plus de 70 performances en duo.

PAN M 360 : Quelles sont selon vous les qualités intrinsèques de ce lien harpe-violoncelle? 

VALÉRIE MILOT : La harpe et le violoncelle sont deux instruments où l’on tient la caisse d’harmonie contre soi; les deux instruments partagent ceci et fait que nous ressentons la musique d’une façon similaire, ce qui n’est pas étranger à notre complicité.

PAN M 360 : Que peut-on en tirer en tant qu’interprète? Quel plaisir y prenez-vous?

VALÉRIE MILOT : Notre plaisir réside définitivement en notre complicité; nous nous comprenons très bien musicalement et émotivement, ce qui fait que nous pouvons jouer d’instinct et que nous n’avons pas besoin de nous perdre dans de grandes explications.

PAN M 360 : Il est ici question (dans le programme, du moins) d’une « expérience totale », d’une « transfiguration ». Comment avez-vous conceptualisé cette expérience? Mise en scène? Théâtralité? Projections? Gestuelle des interprètes? Merci d’élaborer un peu.

STÉPHANE TÉTREAULT : Transfiguration est un spectacle où les émotions ressenties par le spectateur et les interprètes sont magnifiées dans des projections et des éclairages qui épousent la musique sur cinq écrans répartis autour de nous. Le spectacle image notre collaboration, notre rencontre, jusqu’à la symbiose associée à notre grande amitié. Nous juxtaposons cette idée à la même transfiguration que nous pouvons ressentir lorsque nous écoutons une œuvre musicale. L’art, comme l’amitié, peut nous changer et nous emmener ailleurs.

PAN M 360 : Comment et pourquoi le choix des œuvres au programme est-il lié à ce concept de « transfiguration »?

STÉPHANE TÉTREAULT :

Caroline Lizotte, Close for Couloir
Une transfiguration à travers le voyage – l’Écosse – en de multiples tableaux. La guerre, qui se métamorphose vers la paix.

François Vallières, Double-Monologue
Cette pièce est au tout début du spectacle et image la distance entre nous deux avant notre première rencontre. Elle est en quelque sorte préliminaire à la transfiguration.

Kelly-Marie Murphy, Si veriash a la rana
C’est la dernière pièce du spectacle, donc celle où nous sommes presque fusionnels. C’est une pièce d’origine sépharade qui évoque le partage et l’amitié.

Alexandre Grogg, Variations sur le thème de La Folia
La transfiguration d’un thème (La Folia) à travers les siècles, du Moyen-Âge à aujourd’hui.

D’un cygne l’autre
Le voyage d’un cygne jusqu’à la dernière pièce, celle qui nous a unis; Le cygne de Camille Saint-Saëns.

Marjan Mozetich, Sentiment transfiguré
Pièce titre du spectacle, au centre du spectacle. Elle évoque la transfiguration des sentiments, la vie, et la mort.

PAN M 360 : Pour faire différent du programme officiel, que peut-on dire en une ou deux phrases ce qui vous séduit dans chacune de ces œuvres au programme?

STÉPHANE TÉTREAULT : Nous avons choisi ces pièces car elles mettent le violoncelle et la harpe sur le même pied d’égalité, les exposant comme deux instruments en duo, et non pas une ligne mélodique avec un accompagnement. Nous étions d’avis que cette combinaison est plus fidèle à l’image de notre collaboration.

PAN M 360 : Auriez-vous des projets à venir en tant que duo?

VALÉRIE MILOT : En plus de la tournée de Transfiguration qui s’amorce pour quelques années, nous avons une tournée en quintette avec trois autres musiciennes à Londres en mars 2023, et nous ferons aussi la création d’un concerto pour violoncelle et harpe de Denis Gougeon avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal et Nicolas Ellis (chef), que nous graverons ensuite sur disque avec les concertos pour violoncelle et pour harpe du même compositeur. (février 2023)